INTERVIEW DE SAM RIVERSAG

J’AI EU LA CHANCE DE POURVOIR INTERVIEWER SAM RIVERSAG AUTEURE DE POUR UN SELFIE AVEC LUI, UN ROMAN QUI FAIT REFERENCE A BENEDICT CUMBERBATCH, L’ACTEUR QUI JOUE SHERLOCK DANS LA SERIE DE LA BBC.

Sam Riversag
Auteure

Le principal trait de votre caractère ?

Je suis optimiste. Je prends la vie du bon côté. C’est sûrement ce qui a fait le succès de mon roman, il est d’un optimisme déconcertant de la première à la dernière page !

Celui dont vous êtes la moins fière ?

Je suis paresseuse, mais quand je suis motivée, je peux abattre des montagnes.

Celui que vous détestez chez les autres ?

La méchanceté.

Votre truc antistress ?

Je vaporise de l’huile essentielle de lavande.

Votre geste écolo ?

J’achète du bio au détail, sans emballage.

Votre devise ?

Carpe diem.

Ce qu’il vous faut pour écrire un livre ?

Un bon sujet. Quand une idée me plaît, j’imagine tout de suite les personnages, et je commence à vivre avec eux jusqu’à ce que ce soit fini, parce qu’ils sont attachants. 

Un adjectif qui vous correspond ?

Gentille.

Sur une île déserte, qu’emporteriez-vous ?

« A la recherche du temps perdu ».

Les trois basiques de votre dressing ?

Un blouson, une robe et des boots.

Le casting idéal d’un dîner chez vous ?

 Louis de Funès, Bernard Pivot, Pierre Arditi, Michèle Laroque, Benedict Cumberbatch et Martin Freeman.

Le cadeau que vous offrez souvent ?

Des calissons d’Aix.

Une musique dans votre vie ?

Chopin. Ballade n°1, Scherzo N°2, Fantaisie-impromptu, Nocturne n°3, Polonaise héroïque, les valses… 

Le livre qui vous accompagne ?

Un cochon au clair de lune. C’est le premier livre de Wodehouse que j’ai lu, curieusement  c’est aussi son dernier. Je l’ai lu par hasard, tentée par le titre et la couverture, et comme il est inachevé, j’en éprouve une tendresse particulière. Le personnage de Lord Emsworth est absolument exquis, et j’ai failli mourir de rire en le lisant.

Une rencontre qui vous a marquée ?

Celle avec Benedict Cumberbatch. Son regard hypnotique m’a transpercée.

Un héros d’enfance ?

Sir Percy Blakeney, dit « le mouron rouge », un personnage de la Baronne Orczy, qui sauve de la guillotine les aristocrates français pendant la révolution.

Votre série télévisée ?

Sherlock, évidemment ! La trouvaille de la BBC, c’est de l’avoir adaptée au XXIème siècle, avec le parti-pris d’un humour franchement décalé. A savourer… 

Une ville qui vous ressemble ?

J’aime Londres, parce qu’elle bouge, j’apprécie l’union parfaite entre tradition et innovation, et la cool attitude qui en émane.

Votre madeleine de Proust ?

L’odeur de la lavande me rappelle des vacances passées en Provence quand j’étais enfant, dans une grande maison où j’ai appris à tresser des bouteilles avec les tiges des fleurs séchées et des rubans de couleur.

« Pour un selfie avec lui », Editions AFNIL.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créer un nouveau site sur WordPress.com
Commencer
%d blogueurs aiment cette page :